Maux...

Au matin

Au matin, au réveil, juste avant le soleil,
quand l'aurore est au gris, bien avant d'être pris
dans le blanc de mes yeux, entre cendre et gris bleu,
à quoi bon tant de peine, la vie vaut-elle ses peines?
Ma vie inachevée, chaque soir reste bée;
alors naissent la peur, l'inconnu, trop de peur.
Dans le dos tu me pousses, un germe à la rescousse
croît en moi et avance, un grain, une semence.
Mais ce n'est pas donné, posé à fleur de peau,
c'est au fil de mon eau que je suis débarqué.

Le mal souvent me heurte et parfois me rend fou,
quand le vide alors flirte, m'enferme ou bien me coud,
aux fontaines je bois, aux tables je m'étends.
Voudrais-tu croire en moi et pourquoi pas pour moi?
Un trait frêle, une courbe, je doute bien encore,
je m'arrête et je plonge et parfois même coule.
Un passeur attentif me ramène et me sauve.
La peur vient de faire place au seul plaisir de vivre.
La peur et le plaisir, étrange copinage.



Lundi¬†10¬†ao√Ľt¬†2009¬†12:29

Mots-clés :

Gris, Peine, Fou, Frêle, Copinage

« Retour √† la section Maux