Maux...

Couloirs

On a beau jeu de colorer pastel les longs couloirs joufflus des hôpitaux,
ces derniers resteront par nature vides et secs,
et courageux sera celui qui leur donnera vie.
Tristesse blanche aux sourires gracieux, le cœur humain restera coi en son visage,
c'est quand la vie croit faire face que, de-ci, de-là elle s'échappe.
Le cœur humain blessé est lent à consoler et l'ocre ou le pastel un pis à lait aigri.

Mercredi¬†12¬†ao√Ľt¬†2009¬†16:14

Mots-clés :

, , , ,

« Retour √† la section Maux