Humeur...

Colère

Noué,
comme entravé d'un lien,
cloué,
à n’en savoir bouger
ni les lèvres, ni les mots,
prisonnier,
enfermé.

Tenu,
abîmé du dedans,
ligoté,
à n’en savoir ouvrir
ni la main ni le cœur,
prisonnier,
enfermé.

Un carcan invisible
soudain me paralyse,
impossible naissance
d’affection, de tendresse,
à n’en vouloir me dire,
prisonnier,
enfermé.

Alourdi par la rage
et léger de l’orgueil,
ébloui de colère,
aveuglé de rancœur,
ne pas m’ouvrir,
m’enfermer
et tenir.

Un loquet de froideur
m’isole de la vie,
une porte fermée
me coupe la chaleur,
hautain, victorieux,
sans peur.

Sans attrait.
Sans attache.
Je vous déserte tous,
j’en dégueule certains
pour mieux en vomir d’autres,
enfermé,
prisonnier.

Cassé par vos humeurs
je ne vous aime plus,
troublé par vos manœuvres
je vous perds et m’égare.
La colère envahit
et s’installe en mon cœur.
Là, elle creuse son lit
dans mon fleuve d’amour,
torrentielle,
tueuse,
qui noie
et puis s’en va.

Lundi¬†10¬†ao√Ľt¬†2009¬†17:17

Mots-clés :

Noeud, Fermé, Ligoté, Rage, Partir

« Retour √† la section Humeur