Humeur...

Justice

Justice en ses palais se morfond et puis pleure.

La rue crie, hue et crache, les mots se font horreur.

Le pays s'interroge et ses voisins itou.

Le pardon est tué et règne le mépris.

Et on mesure alors le fossé, quoi? l'abîme

entre certains qui pensent et d'autres qui éructent.

Les gens sont différents, les opinions aussi,

mais quand l'avis devient un simple ressenti

on découvre, navré, que l'expression abrupte

ne peut rien reconstruire: ça casse ou ça supprime.

L'impossible débat devient opposition

et qui crie le plus fort se croit médaillé d'or.

Messieurs les politiques et vous aussi Mesdames,

votre rôle n'est pas de conforter les loups

ni de jeter des lois, vite fait, à tour de bras.

Il faut oser penser, mesurer et peser,

viser l'universel. Car à force de dire

ou même de faire croire "à chaque cas la loi"

vous caressez les gens, les faites ronronner;

mais arrive un moment ou le chat se rebelle,

revendique du mou que vous serez forcé(e)s

de refuser, c'est sûr. On se retrouvera

au début de l'histoire, vous n'aurez pas géré,

tout au plus aurez-vous simplement laissé croire.

La justice est un plat, un pot au feu gouteux

fait de sel et d'épices, de légumes et de chair

mariage délicat et tarabiscoté;

il ne supporte pas tous ces chefs empotés

qui tenant un pouvoir pourraient la maltraiter.

Jeudi¬†30¬†ao√Ľt¬†2012¬†16:49

Mots-clés :

, , , ,

« Retour √† la section Humeur