Humeur...

Avide recherche

Je pars à ma recherche, comme la mer à sa source, au loin je vais marcher, me laisser m’écouler. Que de temps a passé, que d’étés, de saisons, que de sable sassé aux rives de mon nom.
Mais qui est cet étant qui à force de vivre n’a simplement pas été ? Quel nom porte le fleuve
que rien n’a arrêté ? Survenant de nulle part des crues, des étiages ont maquillé la course
et la banalité se mue en cécité.
Par où donc naviguer quand le cap est perdu ou simplement non su ? A trop sortir les cartes
j’ai ignoré les vents. A trop vouloir tracer un chemin de traverse, j’ai inventé le vide.
Pour ce que j’ai vécu, j’ai parfois oublié de vivre relié à mon cœur, à l’esprit.‚Ä®Et tout ce que j’ai vu peut-être n’est apparu que sans vie ou sans goût.

Dimanche 12 février 2012 11:47

Mots-clés :

, , , ,

« Retour √† la section Humeur