Humeur...

Merci A.-J. Léonard

N’ayant pu entendre le direct de l’interview de A.-J. Léonard, je prends le temps de la découvrir en podcast. Un premier regret concerne les fréquentes interruptions de Thomas Gadisseux qui ne permettent pas de prendre connaissance de l’argumentation complète de l’évêque. Dommage, même si d’argumentation on ne peut parler. J’ai eu le sentiment au long de l’interview d’une parole plate, sans grande conviction ni courage. J’espérais autre chose même si je me demande s’il faut encore s’attendre à quelque chose de fort en l’occurrence. A.-J. Léonard n’a pu entendre l’interview complète de Vangheluwe étant très occupé ces derniers jours. Vangheluwe, dit A.-J. Léonard, a déjà été sévèrement sanctionné. Pensez : viré de l’épiscopat en deux jours ! Il n’a pas pu faire ses adieux publics ; le pauvre, quelle sévérité ! Vangheluwe ne peut plus célébrer (quoi ?) en public : encore bien ! Une fois encore, quelle sévérité ! Par ailleurs, s’il perdait l’état clérical il deviendrait un électron libre… Sa dernière interview montre combien l’électron est déjà très libre !  Tout cela doit faire de la nouvelle vie de Vangheluwe (pour qui la « prescription est l’occasion de changer de vie », sic) un véritable cauchemar. Et, cerise sur le gâteau, seulement 1% des pédophiles du monde sont des prêtres ! Ah, ben alors ça va. Cela me réconcilie avec l’institution ecclésiale. Merci A.-J. Léonard pour ces paroles de conversion et de résurrection. Finalement, heureusement qu’il me reste l’Evangile.

Lundi 25 avril 2011 13:57

Mots-clés :

, , , ,

« Retour √† la section Humeur