Humeur...

Fête nationale

Il y a eu un onze septembre de tragique mémoire,
il y aura peut-être un douze octobre de mémorable foire.
On disait le parlement rentrant, usé de ne vaquer,
tout fou chaque élu d'enfin pouvoir travailler.
C'est vrai quoi, c'est la crise, pensons aux conséquences,
un pays sans tête n'en faisant qu'à sa tête, carence!
Et soudain, brisant cette inquiétude et la douce quiétude,
un parti flamand, puis deux, puis trois cassèrent l'hébétude.
En blok d'abord, en bloc ensuite tous se mirent à voter
la scission de l'arrondissement, enfin la Flandre l'avait gagnée.
Car si un seul parti flamand la votait, tous le suivrait
pensez-vous, ne pas paraître béhacheviste, camouflet!
C'est ainsi que le 12 octobre devint un 21 juillet
que flamands et bruxellois et germanowallons dédièrent
non pas à la patrie mais à la violence fédérale.
Car plus on est violent plus on fait des râles...

Vendredi 1 octobre 2010 16:00

Mots-clés :

, , , ,

« Retour √† la section Humeur