Humeur...

Mine

C'est un ciel rouge sang qu'illuminait de peur le sourire blafard d'un enfant de couleur, parti tôt le matin, avec pour arme un seau, chercher le goût de vivre, chercher le goût de l'eau.
Plus le temps s'écoulait, plus la terre séchait et quand durcit la croûte elle dévoile sa mine, jeu que laissent traîner des adultes pas nets qui nourrissent misère de sucre et de farines.

Le chemin se poursuit, parcours vita-miné, piste folle où l'audace risque bien d'exploser; ne resteraient alors que morceaux de bravoure, dissé-minés de-ci, de-là dans un labour.
Mais l'enfant ne croit pas aux destins ajournés, ni aux cadeaux poisseux d'un Occident désarmé; pas de pas, de chemin sans le seau ni sans l'eau, inutiles labeurs, usages ancestraux.

Mais laissez-les donc faire – dit le riche – et vaquer, pendant ce temps nos pairs se remplissent et digèrent. C'est au son des canons qu'un riche dégénère, il pourrait y passer, miné d'absurdité.

Mais je m'étais fait peur, pas d'enfant ni de seau, pas de sourire blafard ni d'instant de bravoure. Simplement un chemin quotidien, sans détour, le destin sans éclat d''humains bien comme il faut.

Mercredi¬†12¬†ao√Ľt¬†2009¬†20:34

Mots-clés :

, , , ,

« Retour √† la section Humeur