Émois...

Ma mère

Au fond d'un verre à bière
j'ai enfin osé faire
le fou, l'intolérable,
ce que tait toute fable.

Au creux d'un verre à pied
j'ai posé les deux mains
puis j'ai serré les poings,
le calice a cédé, broyé.

Au col d'un verre à tout
j'ai ôté le trait flou,
ses lèvres imbibées.
L'esclave est condamnée.

Au cœur du cadre en verre,
j'assassinai ma mère.
J'ai tué une ivrogne,
je suis libre! J'afonne.

Mercredi 12 août 2009 11:16

Mots-clés :

Un, verre,, deux , verres,, trois...

« Retour à la section Émois