Émois...

Neveu

Les deux yeux d'un enfant sont tombés en mon cœur.
Alors les voyant choir ainsi sans joie mais froids…
… mon Dieu quel ouragan a fécondé la peur
qui de ces yeux d'enfant a fait le désarroi?
Ce fruit d'un amour fou qui a perdu sa foi,
ce petit corps de feu pourrait devenir cendre
car la flamme qui crée tout a bien perdu la loi
qui étant création n'a plus de compte à rendre.
Il rayonnait la vie, il sentait bon la paix,
on l'avait amené à bien vivre sa joie.
Aujourd'hui il confond, ne sait plus où nager;
de la rivalité il doit porter le poids.
Ses doigts mendient là-bas, mais la main n'est pas là,
ce besoin qu'il éprouve de se sentir aimé.
Oui ils s'étaient trompés, mais lui il était las,
sa volonté de vivre, ils l'avaient aliénée.
Bien sûr ils l'ont aimé, mais on ne peut scinder
le bonheur d'un regard. Bien sûr toujours on l'aime
chacun de son côté car eux se sont scindés.
Leur était-il permis de se dire: oui, je t'aime?

Mercredi¬†12¬†ao√Ľt¬†2009¬†15:37

Mots-clés :

, , , ,

« Retour √† la section Émois